•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du jeudi 1 mars 2018

Chronique urbaine d'Hugo Lavoie : Se plaindre des nids-de-poule

Les nids-de-poule font rager les Québécois depuis près de 200 ans

Publié le 1 mars 2018
Un nid-de-poule à Montréal.
Un nid-de-poule à Montréal.PHOTO : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Ce n'est pas d'hier que les Québécois râlent après les nids-de-poule. Hugo Lavoie, le chroniqueur urbain de Gravel le matin, s'est intéressé aux nombreuses mentions de ces trous dans la chaussée qu'il a trouvées dans les archives. Et il a été surpris de remonter jusqu'en 1819!

La plus vieille archive qu'il a dénichée, en compagnie de Céline Widmer, conservatrice au Musée McCord, remonte à 199 ans.

Phil, le fils d’Elias Walker Durnford, le concepteur de la Citadelle de Québec, a souffert de nausées lors d’un périple en calèche entre Québec et Montréal, en 1819, en raison du chemin cahoteux.

« Il est difficile d’exprimer l’état dégradant de la route qui ressemblait pratiquement à un champ avec de larges sillons de trois, quatre ou cinq pieds de profond et presque la même chose en largeur. Alors que nous approchions de Montréal, l’état de la route se dégradait horriblement, parsemée de trous. Nous avons été renversés à deux reprises à quelques miles à peine de notre destination, mais heureusement, nous n’avons pas été blessés. »

—  Elias Walker Durnford

Céline Widmer recense aussi une archive de Louis-Joseph Papineau, datée du 3 avril 1854, où il s’inquiète de la boue projetée par les nids-de-poule.

Le 24 octobre 1848, l’épouse d’un héritier McGill, qui a fait le chemin de Montréal vers Terrebonne, n’a pas apprécié son trajet.

« Nous sommes arrivés à Terrebonne à 3 h de l’après-midi par un beau temps, mais de mauvais chemins. Le soir, j’étais fatiguée. J’avais éprouvé tant de fatigue et de frayeur dans cette affreuse calèche. Je fus même au moment de faire bien mal en tombant hors de la voiture », a-t-elle écrit.