•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Chronique urbaine d'Hugo Lavoie : Visite d’un centre d’entraînement de bobsleigh

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du mardi 20 février 2018

Chronique urbaine d'Hugo Lavoie : Visite d’un centre d’entraînement de bobsleigh

Devenir bobeur demande une imposante force physique

Yannik Morin, de Bobsleigh Skeleton Québec
Yannik Morin, de Bobsleigh Skeleton QuébecPHOTO : Radio-Canada / Hugo Lavoie
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 20 février 2018

Puissance et vitesse, deux mots qui définissent les qualités recherchées par Bobsleigh Skeleton Québec. L'organisation recherche des athlètes en bobsleigh, et les candidats doivent satisfaire certains critères physiques. Hugo Lavoie, chroniqueur urbain à Gravel le matin, a-t-il l'étoffe d'un bobeur?

Hugo Lavoie s’est récemment rendu à Waterloo, près de Granby, où se trouve la première piste de poussées de bobsleigh dans l’est du Canada. Il y a rencontré Yannik Morin, entraîneur, mais aussi ancien bobeur pour l’équipe canadienne. Ce dernier l’a soumis à deux des tests physiques que doivent réussir les futurs bobeurs.

Amoureux du bobsleigh

Yannik Morin et sa complice Marquise Brisebois se sont donné le défi de faire aimer le bobsleigh aux Québécois et aux Canadiens en créant Bobsleigh Skeleton Québec en 2014.

Yannik Morin a découvert le bobsleigh par hasard à l’hiver 1998, à Lake Placid, où il a fait une descente par pur plaisir. Charmé par la poussée d’adrénaline et la vitesse, il s’est mis à l’athlétisme, lui qui était un adepte de culturisme. Il a d’ailleurs été sacré M. Univers naturel à Las Vegas.

En août 1998, il a été invité à un camp de poussées à Calgary, ce qui l’a mené aux Jeux olympiques de Salt Lake City en 2002 comme bobeur dans l’équipe canadienne.

« C’est un sport extraordinaire. La demande au niveau du pilotage, l’adrénaline de la descente, la vitesse… C’est comme conduire une voiture de course. L’entraînement est diversifié. Le Bobsleigh demande énormément de force. »