•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Spiritualité, poésie et tradition au menu du Nouvel An chinois

Outre un hôtel bouddhiste où les ancêtres ont une place de choix, le menu est notamment composé de pâtes, soupes, poissons, fruits de mer, champignons et fruits.
Outre un hôtel bouddhiste où les ancêtres ont une place de choix, le menu est notamment composé de pâtes, soupes, poissons, fruits de mer, champignons et fruits.PHOTO : Radio-Canada / Hugo Lavoie
Publié le 16 février 2018

L'année du Chien débute vendredi dans le calendrier chinois. Pour une famille de l'arrondissement de Saint-Laurent, à Montréal, le Nouvel An chinois est notamment l'occasion de se réunir et de se recueillir. Hugo Lavoie, chroniqueur urbain à Gravel le matin, leur a rendu visite.

Dans la famille de Céline Sosamrith Lor et Kenneth Tran, qui vient du Chaozhou, une région du sud-est de la Chine, cette célébration annuelle est synonyme de spiritualité et de bonne bouffe.

Outre un autel bouddhiste où les ancêtres ont une place de choix, le menu est notamment composé de pâtes, de soupes, de poissons, de fruits de mer, de champignons et de fruits. Les plats sont sélectionnés selon certains critères.

« Tout est symbolique. On choisit les aliments dont les noms sonnent phonétiquement en chinois comme des souhaits pour la nouvelle année. »

— Une citation de  Céline Sosamrith Lor

Les festivités s’accompagnent de souhaits de bonne année composés de quatre mots. « Ce sont des rimes, c’est très poétique », souligne Céline Sosamrith Lor.

Dans la famille de Céline Sosamrith Lor et Kenneth Tran le Nouvel An chinois est synonyme de spiritualité et de bonne bouffe.

Radio-Canada / Hugo Lavoie

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser