•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Chronique urbaine d'Hugo Lavoie

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du mardi 19 décembre 2017

Chronique urbaine d'Hugo Lavoie

Chanter en choeur pour contrer la solitude

Suzanne Lebon, Lyne Cantin et René Cantin
Suzanne Lebon, Lyne Cantin et René CantinPHOTO : Radio-Canada / Hugo Lavoie
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 19 décembre 2017

Une résidence pour personnes âgées de Longueuil propose régulièrement une activité bien spéciale : du karaoké. Les résidents Suzanne Lebon et René Cantin sont les organisateurs de ces soirées. C'est pourquoi leur fille, Lyna Cantin, les a nommés pour un Hugo d'or.

Beaucoup de personnes âgées ont montré leur attachement pour cette activité, qualifiée de réconfortante et d’importante pour briser la solitude.

« René et Suzanne, s’ils n’étaient pas là, il manquerait quelque chose. »

— Une citation de  Une personne de la résidence pour personnes âgées

Au début, enthousiaste à l’idée de démocratiser le chant dans la résidence, René a d’abord eu à convaincre une Suzanne un peu réticente à l’idée de s’investir dans un projet d’envergure.

L’amour de la musique qui les a unis un soir de janvier 1952 sur une piste de danse de Québec ne les a jamais quittés, et c’est ce même amour qui les a poussés à s’embarquer dans l’initiative.

Derrière l’organisation de ces karaokés, il y a en effet des heures de travail. « On a écouté des centaines et des centaines de pièces pour en choisir quelques-unes. Il fallait que je les chante et il fallait décider de la tonalité, de la vitesse, du tempo, de tout », explique Suzanne Lebon.

Lyne Cantin est fière de ses parents et de ce qu’ils font pour égayer la vie des personnes âgées, trop souvent représentées de façon négative, selon elle.