•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Chronique urbaine d'Hugo Lavoie

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du lundi 18 décembre 2017

Chronique urbaine d'Hugo Lavoie

Six blessures à éviter durant les Fêtes

Le bouchon d’une bouteille de mousseux peut causer de sérieuses blessures, notamment aux yeux et aux rebords orbitaires.
Le bouchon d’une bouteille de mousseux peut causer de sérieuses blessures, notamment aux yeux et aux rebords orbitaires.PHOTO : iStock / monkeybusinessimages
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 18 décembre 2017

Le temps des Fêtes peut malheureusement rimer avec douleur et blessures. Pour connaître six des pires scénarios de Noël et les prévenir, le chroniqueur urbain de Gravel le matin, Hugo Lavoie, a rencontré deux chirurgiens du Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM).

1- Le doigt pris dans une rampe

Les bagues, jumelées aux rampes d’escalier, peuvent causer un arrachement de doigt.

« En [tombant] des escaliers et en tentant de s’accrocher à la rampe, le doigt qui porte la bague peut s’accrocher dans la rampe et ça va arracher le doigt », raconte le Dr Joseph Bou-Merhi, plasticien et directeur médical au Centre de réimplantation d’extrémités au CHUM.

Si par malheur cela se produit, les médecins recommandent de mettre le membre amputé dans un linge humide, puis de le plonger dans un sac de glace et de l’apporter à l’urgence.

2- La bouteille de mousseux

Le bouchon d’une bouteille de mousseux peut causer de sérieuses blessures, notamment aux yeux et aux rebords orbitaires.

« Il y a des cas de cécité. On a régulièrement des lésions ophtalmiques, des lésions de l’os malaire, un os du visage, liées à des bouchons de champagne qui sautent », note le Dr Alain Danino, chef du service de chirurgie plastique au CHUM.

3- Le sapin de Noël

Au salon, le sapin de Noël, surtout à cause des boules qui le décorent, peut représenter un danger pour les jeunes enfants. Le Dr Bou-Merhi rapporte des blessures aux tendons de la main d’enfants qui ont cassé des boules, d’où l’importance, dit-il, de mettre des ornements de plastique.

4- La souffleuse à neige

À l’extérieur, les blessures les plus fréquentes surviennent en manipulant la souffleuse à neige. Ces blessures représentent 10 % des cas soignés au Centre de réimplantation du CHUM.

« Les gens veulent dégager la neige. Le rotor demeure enclenché même lorsqu’on débranche la machine. Quelquefois, en enlevant le bloc de neige, il reste un tour d’hélice, donc le doigt se prend. Ce sont des accidents très dévastateurs et on en a tous les ans », raconte le Dr Danino.

5- Le hachoir à viande

La cuisine est souvent un lieu tout désigné pour les blessures impliquant notamment des verres et des couteaux. Il faut aussi être prudent avec les hachoirs à viande. Le Dr Joseph Bou-Merhi, plasticien et directeur médical au Centre de réimplantation d’extrémités au CHUM, a déjà soigné une jeune fille qui, voulant aider sa mère, s’est retrouvée le doigt coincé dans un hachoir.

« Elle voulait pousser ou dégager la viande. Elle a mis son doigt dedans et elle s’est prise dans la machine. L’urgentologue nous a appelés en disant qu’il y avait un patient avec une grosse machine [qui nous attendait] », se rappelle le Dr Bou-Merhi.

6- Les huîtres

Si en France, où le Dr Danino a déjà pratiqué, les blessures qui surviennent en ouvrant des huîtres sont très fréquentes (environ 2000 cas par année), au Canada, elles sont plus rares, mais elles existent.

Le Dr Joseph Bou-Merhi et le Dr Alain Danino.

Radio-Canada / Hugo Lavoie