•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Culture avec Katerine Verebely : Critique du film Wonder Wheel, de Woody Allen

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du mardi 12 décembre 2017

Culture avec Katerine Verebely : Critique du film Wonder Wheel, de Woody Allen

Wonder Wheel, le film de trop de Woody Allen

 Woody Allen au Festival de Cannes en 2015
Woody Allen au Festival de Cannes en 2015PHOTO : Reuters / Regis Duvignau
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 12 décembre 2017

Jadis une grande admiratrice de l'œuvre de Woody Allen, Katerine Verebely, chroniqueuse culturelle à Gravel le matin, a détesté Wonder Wheel, le 47e long métrage du réalisateur controversé.

« C’est le film de trop. C’est juste un mauvais film. De tous ses derniers films, c’est celui où c’est le plus flagrant que Woody Allen n’a plus rien à dire. [...] C’est une histoire plate et prévisible avec une intrigue superficielle. »

— Une citation de  Katerine Verebely

Wonder Wheel, qui prend l’affiche vendredi, raconte l’histoire d’une actrice ratée (Kate Winslet) devenue serveuse à Coney Island, à New York. Elle est mariée à un homme bourru qui la néglige. Elle s’échappe de son quotidien en ayant une aventure avec un jeune sauveteur (Justin Timberlake). Elle devra se battre pour garder son amant.

« C’est un triangle amoureux qui se déroule dans les années 50 à Coney Island. La seule chose que j’ai aimée de ce film, c’est la représentation de Coney Island. Cette représentation passe par les décors et les éclairages qui changent selon les émotions des personnages. On a l’impression que Woody Allen voulait représenter Coney Island, mais qu’il n’avait pas d’histoire à raconter », estime Katerine Verebely.

La bande-annonce de Wonder Wheel :