•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Chronique urbaine d'Hugo Lavoie

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du mardi 12 décembre 2017

Chronique urbaine d'Hugo Lavoie

Quoi faire avec ses poules urbaines cet hiver?

Louise Hénault-Éthier pose avec ses garçons Félix et Léo. Le trio est entouré des poules Brune, Noire et Grise.
Louise Hénault-Éthier pose avec ses garçons Félix et Léo. Le trio est entouré des poules Brune, Noire et Grise.PHOTO : Radio-Canada / Hugo Lavoie
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 12 décembre 2017

L'hiver étant maintenant bel et bien arrivé, le chroniqueur urbain à Gravel le matin, Hugo Lavoie, s'est interrogé sur le sort des poules urbaines. Rencontre avec Louise Hénault-Éthier, qui a choisi d'isoler son poulailler pour assurer le confort de Brune, de Grise et de Noire durant la saison froide.

Depuis trois ans, Louise Hénault-Éthier, avec l’aide de ses garçons Félix et Léo, s’occupe de ses trois poules urbaines dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville. Le trio s’assure que leurs pensionnaires Brune, Grise et Noire passent l’hiver bien au chaud.

Louise Hénault-Éthier a isolé la basse-cour à l’aide de panneaux. Le poulailler, quant à lui, est dorénavant tempéré à l’aide d’un chauffe-batterie d’auto installé derrière les pondoirs.

« On se disait que si les poules avaient froid, elles allaient s’agglutiner près du coussin chauffant. On n’a jamais constaté ça. La nuit, les poules ne vont pas systématiquement se coller dans les pondoirs, près du coussin chauffant. Ce qui nous laisse penser que le climat est confortable pour elles. »

Selon un article du journal Le Pamplemousse de La Petite-Patrie (Nouvelle fenêtre), de nombreuses poules urbaines prennent le chemin de la campagne pour passer l’hiver chez un fermier. D’autres propriétaires de poules optent pour l’euthanasie (au coût de 180 $), ou encore pour l’abattoir (5 $).