•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Revue des médias avec Karima Brikh

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du vendredi 10 novembre 2017

Revue des médias avec Karima Brikh

La dépendance à Facebook créée volontairement, admet un ancien dirigeant

Le logo de Facebook
Le logo de FacebookPHOTO : Reuters / Dado Ruvic
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 10 novembre 2017

Sean Parker, le premier président de Facebook, a déclaré, lors d'un événement tenu à Philadelphie, que le réseau social a été développé de façon à exploiter les mécanismes du cerveau responsables des dépendances, rapportent plusieurs médias, dont Axios (Nouvelle fenêtre) et Business Insider (Nouvelle fenêtre).

Les développeurs de Facebook ont consciemment misé sur la vulnérabilité de la psychologie humaine. Sean Parker soutient que la première question que se sont posée les idéateurs de Facebook concernait la façon de retenir l’attention consciente des utilisateurs et leur temps.

La formule retenue pour rafraîchir le fil de nouvelles, c’est-à-dire de glisser vers le bas, rappelle le mouvement des machines à sous, qui stimule le cerveau et sécrète de la dopamine. Et plus cette dopamine est sécrétée, plus elle pousse les gens à publier du contenu, dit-il. L’ancien dirigeant de Facebook ajoute que cela crée un cercle vicieux d’impression et de validation sociale.

Sean Parker affirme s'interroger maintenant, comme d’autres décideurs, sur les répercussions de ces outils et la responsabilité des entreprises à propos de celles-ci.