•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Chronique urbaine d'Hugo Lavoie : Demandeurs d'asile haïtiens

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du lundi 25 septembre 2017

Chronique urbaine d'Hugo Lavoie : Demandeurs d'asile haïtiens

Avoir un cellulaire n’est pas un luxe, selon un demandeur d’asile

En Haïti, Guerdy Fortune était politicien et avait des téléphones cellulaires. Maintenant au Canada, il les utilise pour se déplacer et contacter sa famille.
En Haïti, Guerdy Fortune était politicien et avait des téléphones cellulaires. Maintenant au Canada, il les utilise pour se déplacer et contacter sa famille. PHOTO : Radio-Canada / Hugo Lavoie
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 25 septembre 2017

Plusieurs reprochent aux demandeurs d'asile d'avoir l'air « trop riches » en exhibant notamment leur cellulaire lors de leur arrivée au Québec. Pour l'Haïtien Guerdy Fortune, l'utilisation de cet appareil revêt une grande importance et n'est pas un besoin superflu, rapporte le chroniqueur urbain Hugo Lavoie.

Croyant sa vie menacée, Guerdy Fortune a fui Haïti en 2012, laissant amis, famille et cellulaire derrière lui. La première chose qu’il a faite lorsqu’il a rallié la Floride, plusieurs semaines plus tard, a été de s’acheter un téléphone mobile.

« Je devais contacter tous mes amis et ma famille pour leur dire que j’étais en Floride. Ils ne savaient pas où j’étais. »

— Une citation de  Guerdy Fortune

Au Canada
Après avoir passé quelques années aux États-Unis, les menaces du président américain Donald Trump l’ont convaincu de se diriger vers le Canada, avec son cellulaire.

Le téléphone lui a permis de chercher différentes informations pour préparer sa traversée vers le Canada et passer la frontière canado-américaine.

« Les agents d’immigration ont pris mon téléphone. Ils sont allés voir mon compte Facebook. On m’a posé la question : “Qui vous a guidé pour entrer au Canada?” J’ai dit : “Mon téléphone”. Ils ont vu toutes les informations que je cherchais sur mon téléphone. »

— Une citation de  Guerdy Fortune

Posséder ce qu’il veut
Que répond Guerdy Fortune aux gens qui le jugent parce qu’il est un demandeur d’asile possédant un cellulaire?

« Je ne sais pas si le mot est fort, mais c’est la discrimination. Si je travaille, je peux posséder ce que je veux. »

— Une citation de  Guerdy Fortune

À cela, Frantz André, coordonnateur du Comité d’action des personnes sans statut, ajoute que la téléphonie sans fil a été démocratisée en Haïti.

« J’ai déjà vu quelqu’un en train de traire sa vache et, de l’autre côté, il avait son téléphone intelligent. Ça ne veut pas dire qu’il est riche. La téléphonie, en Haïti, c’est une grosse business. Avec le séisme, la téléphonie câblée a été détruite. »

— Une citation de  Frantz André