•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Remboursement des trop perçus par Hydro-Québec

Gravel le matin, ICI Première.
Audio fil du mardi 11 juin 2019

Remboursement des trop perçus par Hydro-Québec

Trop-perçus d’Hydro-Québec : rembourser ou réinvestir?

Le siège social d'Hydro-Québec à Montréal.
Le siège social d'Hydro-Québec à Montréal. PHOTO : Radio-Canada / Ivanoh Demers
Gravel le matin, ICI Première.
Gravel le matinPublié le 11 juin 2019

Les clientes et clients d'Hydro-Québec récupéreront 1,5 milliard de dollars en trop-perçus au cours des dernières années. Cependant, Pierre-Olivier Pineau, de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie, pense que rembourser les personnes abonnées est une mauvaise idée. Il estime que le gouvernement devrait profiter de cette somme pour réformer le secteur de l'énergie.

Selon des informations d'abord évoquées par La Presse et confirmées par Radio-Canada, le gouvernement québécois a l'intention de faire un geste pour dédommager la clientèle d'Hydro-Québec, qui a payé des centaines de millions en trop-perçus ces dernières années.

Un projet de loi sera déposé en ce sens mercredi. Cette compensation pourrait prendre la forme d'un gel tarifaire. L’idée est de retourner autour de 1,5 milliard de dollars dans les poches de la population québécoise.

L’origine du surplus

Pierre-Olivier Pineau, professeur et titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie à HEC Montréal, explique que ce surplus vient du fait que, ces dernières années, Hydro-Québec a surestimé ses coûts de production. Par conséquent, la Régie de l’énergie a surestimé les tarifs d’électricité.

Pour autant, Hydro-Québec n’a pas dépensé ces trop-perçus. Il les a versés en dividendes au gouvernement du Québec.

« C’est complètement loufoque de vouloir qu’Hydro-Québec rembourse [les gens]. »

— Une citation de  Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie à HEC Montréal

« C’est un mauvais signal envoyé aux Québécois de dire qu’on va geler leur facture d’électricité pour les prochaines années, estime Pierre-Olivier Pineau. Ce n’est pas de la gestion de l’énergie, c’est de la gestion de bonbons aux électeurs. »

Il souligne que la population québécoise paie les tarifs d’électricité les plus bas en Amérique du Nord. « On a de grands défis énergétiques devant nous [...], et notre hydroélectricité a une valeur inestimable quand on parle d’énergie décarbonée, de réduction des gaz à effet de serre. »

Réformer, plutôt que rembourser

Pierre-Olivier Pineau estime que, puisque le gouvernement a empoché les trop-perçus, il devrait en profiter pour redonner cet argent sous forme de programme d’efficacité énergétique ou en mettant fin à l’interfinancement entre les consommateurs résidentiels et commerciaux.

Il insiste aussi sur l’importance d’exporter davantage notre énergie. « Mais tant qu’on vend notre électricité à très bas prix, ça n’envoie pas le message aux consommateurs que c’est une énergie de très grande valeur. »