•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La reconstruction des liens de confiance : Widia Larivière et Pierre Picard

Le genre humain.
Rattrapage du 18 sept. 2021 : La reconstruction et la réconciliation

La reconstruction des liens de confiance : Widia Larivière et Pierre Picard

Comment construire un lien de confiance avec les Autochtones

Un groupe d'étudiantes et une religieuse posent dans une salle de classe du pensionnat pour Autochtones.
Un groupe d'étudiantes et une religieuse posent dans une salle de classe du pensionnat pour Autochtones de Cross Lake au Manitoba, sur une photo d'archive de février 1940. La Première nation Piikani, dans le sud de l'Alberta, commencera bientôt à chercher des sites d'anciens pensionnats. PHOTO : Bibliothèque et Archives Canada
Le genre humain.
Le genre humainPublié le 18 septembre 2021

« C'est la théorie des petits pas. Un éléphant se mange une bouchée à la fois. » C'est ainsi que Pierre Picard voit le rapprochement possible entre les Autochtones et les allochtones du Québec. Directeur général du Groupe de recherche et d'interventions psychosociales en milieu autochtone, il explique comment les révélations faites en 2015 sur les femmes autochtones de Val-d'Or ont eu des répercussions positives dans les réseaux de service québécois.

Widia Larivière, directrice générale de l’organisme Mikana, tout comme Pierre Picard, émet des réserves quant au nom donné à la journée de commémoration décrétée par Ottawa le 30 septembre. Le duo explique pourquoi le terme « réconciliation » n’est pas le bon.