•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Le point de bascule de Farah Alibay

Une femme avec le bas des cheveux rouge et qui porte une robe avec des formes de bananes.
L'ingénieure en aérospatiale à la NASA, Farah AlibayPHOTO : Radio-Canada / Bruno Giguere
Catherine Perrin sourit.
Feu vertPublié le 28 novembre 2022

L'ingénieure en aérospatiale à la NASA Farah Alibay explique à Catherine Perrin comment le documentaire Une vie sur notre planète, de David Attenborough, l'a marquée. L'autrice de Mon année martienne a compris, en travaillant sur Mars à partir d'un robot, comment notre planète était fragile.

« La plus grande chose que j'ai réalisée en allant sur Mars, c’est combien elle est belle, notre planète. Combien [l'équilibre] qu’on a ici, entre tous les êtres, c’est quelque chose d’extrêmement spécial. »

— Une citation de  Farah Alibay

Elle soutient que de bien s’occuper de notre planète est beaucoup plus facile que d’essayer d’aller vivre ailleurs.

Farah Alibay se considère comme une millénariale. Elle estime que les reportages d’Attenborough sont empreints d’espoir, quelque chose d’important aux yeux de cette génération, particulièrement touchée par l’écoanxiété, selon elle.