•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Ouverture et sommaire de l'émission avec Michel Lacombe

Faut pas croire tout ce qu'on dit, ICI Première.
Audio fil du samedi 9 février 2019

Ouverture et sommaire de l'émission avec Michel Lacombe

Le Québec entend confier au privé les données personnelles qu’il détient sur ses citoyens

Deux silhouettes d'hommes sur fond de données informatiques
Québec songe à confier au privé les données personnelles des citoyens qu'il détient.PHOTO : Pixabay
Faut pas croire tout ce qu'on dit, ICI Première.
Faut pas croire tout ce qu'on ditPublié le 9 février 2019

Le gouvernement du Québec a fait part de son intention de réduire de 457 à 2 le nombre de centres de traitement informatique dans lesquels sont entreposées les informations sur les Québécois d'ici 3 ans. De plus, il compte confier la gestion d'une partie importante, on mentionne 80 %, des données à des entreprises privées, au Québec ou à l'étranger. Est-ce que la confidentialité des données, désormais conservées dans le nuage, serait respectée? Est-ce que le gouvernement américain pourrait y avoir accès si, par exemple, une entreprise comme Amazon ou Google était choisie? Est-ce que nos renseignements personnels seraient à la merci du gouvernement ou des entreprises américaines comme le suggère la loi récente appelée Cloud Act? Michel Lacombe fait le point avec ses invités.

Invités :

ÉRIC CAIRE, ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale

RAYMOND DORAY, avocat au cabinet Lavery, spécialiste de la protection des renseignements personnels

ANNE-SOPHIE LETELLIER, doctorante en communication à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et codirectrice à Crypto-Québec

RICHARD PERRON, président du syndicat de professionnelles et professionnels du Québec

NICOLAS VERMEYS, professeur à la Faculté de droit de l'Université de Montréal et directeur adjoint du Laboratoire de cyberjustice