•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Faites du bruit, ICI Première
Faites du bruit, ICI Première
Faites du bruit

Épisode 9 : vendredi 2 novembre 2018

Résumé

  • 20 heures

    Bulletin réseau

  • 20 heures 6 minutes

    Sommaire de l'émission avec Nicolas Ouellet

  • 20 heures 7 minutes

    Micro ouvert de Nicolas Ouellet

  • 20 heures 10 minutes

    L'humain, une espèce menacée? par Jean-Philippe Baril Guérard

  • 20 heures 19 minutes

    Recréer un visage pour sortir de sa zone de confort : L'histoire de Virginie

    La maquilleuse Virginie Bachand porte un sarrau, sur cette photo en noir et blanc.

    Virginie, une maquilleuse en mission à l'hôpital

    C'est enceinte de neuf mois que la maquilleuse spécialisée en effets spéciaux Virginie Bachand a réalisé le défi professionnel le plus improbable de sa vie. Elle a reconstruit avec succès le visage d'un patient décédé qui avait fait don de cet organe pour la première greffe du genre au pays.
  • 20 heures 29 minutes

    Sterling Downey, un élu pas comme les autres

    Le conseiller municipal Sterling Downey porte une longue barbe blanche et des tattoos sur la majeure partie de son corps.

    Sterling Downey : un mélange de vulnérabilité et de force

    En entrevue avec Nicolas Ouellet, le conseiller d'arrondissement de Verdun, Sterling Downey, se confie sans complexes. Il raconte sa fierté d'être l'homme qu'il est maintenant, d'autant plus qu'il a eu une jeunesse difficile, teintée par des problèmes avec les forces de l'ordre.
  • 20 heures 42 minutes

    Faire partie de la minorité francophone : L'histoire de Joseph

  • 20 heures 49 minutes

    Mourir dans l'indifférence : L'histoire d'André, racontée par Laïma A. Gérald

    Une photo en noir et blanc d'André Barrette, lors d'un souper des employés du théâtre Espace libre.

    Mourir dans l'indifférence : le triste cas d'André

    André vivait seul. Il n'avait pas de famille et avait peu d'amis. Lorsque la chroniqueuse Laïma A. Gérald a appris la mort de ce voisin avec qui elle avait déjà travaillé au théâtre Espace libre, un mois s'était déjà écoulé depuis le moment fatidique. Une foule de questions se bousculent alors en elle : « Qui s'est occupé de récupérer son corps? Comment est-il mort? Est-ce qu'il a eu des funérailles? »