•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Enseigner l'art en milieu carcéral : un outil de réinsertion sociale

Murale représentant plusieurs symboles de la culture populaire comme Garfield le chat, le visage de Mona Lisa, le logo des Nordiques de Québec.
Oeuvres réalisées par des détenus de la prison de Trois-Rivières dans leurs cours d'arts plastiques. PHOTO : Radio-Canada / Martin Chabot
Publié le 18 novembre 2022

Nous disons souvent que l'art fait du bien... en voici une belle preuve. Les détenus de la prison de Trois-Rivières ont présenté le fruit de leur travail des derniers mois accompli dans leurs cours d'arts plastiques. Pour eux, l'art même est un outil de réinsertion sociale.

La chroniqueuse de l’émission En direct, Pascale Langlois, a assisté à l’événement et elle explique que c’est l’enseignant de français, Luc Beauchesne, qui a invité l’enseignante en art plastique Émilie Gagnon à se joindre au programme d’enseignement en réinsertion sociale.

« Ce qui est beau avec les arts, c'est que sans t'en rendre compte tu deviens une espèce de livre ouvert, tu deviens un peu vulnérable. Ils ne vont pas être contents d'apprendre ça, mais ils se font prendre un peu au piège dans mes cours. C'est un peu ça le but du cours d'arts plastiques. »

— Une citation de  Émilie Gagnon, enseignante en art plastique

La Chaire de recherche de l’UNESCO sur l’éducation en prison a récompensé les deux enseignants de ce programme pour leur aspect novateur.

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser