•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

En direct, ICI Première
En direct, ICI Première
Rattrapage du lundi 10 mai 2021

Immobilier  :  un engouement pour les banlieues et la campagne en région aussi

Immobilier  :  un engouement pour les banlieues et la campagne en région aussi

Publié le 11 mai 2021
Maison vendue
Maison venduePHOTO : Radio-Canada / Karine Mateu

Le prix des maisons dans la région de Trois-Rivières est à la hausse et une des raisons de cette augmentation serait la présence accrue des acheteurs de Montréal et de Québec. « Les acheteurs de l'extérieur [font des offres] sur à peu près n'importe quelle sorte de propriété. Ils viennent très certainement faire monter les prix », affirme le courtier immobilier Félix La Haye.

Il note que le marché trifluvien est en “effervescence” avec une augmentation du nombre de transactions de 9 %. On le voit présentement avec des histoires de courtiers qui me racontent : « Félix, on vient d’avoir une promesse d’achat à 75 000 $ en haut du prix demandé. » C’est complètement incroyable, c’est du jamais vu dans l’histoire de notre région, affirme le courtier.

Félix La Haye ajoute que selon un sondage mené par Remax, 38 % des répondants ont mentionné avoir l’intention de faire l’achat d’une résidence au cours des cinq prochaines années alors que 30 % d’entre eux prévoient vendre. On peut prévoir que le marché va rester à l’avantage des vendeurs. Les prix devraient continuer de grimper ou du moins se maintenir au cours des prochaines années, estime-t-il.

Le sondage mené par Remax confirme que les acheteurs se dirigent de plus en plus vers la banlieue et la campagne. Pour la région de Trois-Rivières, ça signifie la popularité de secteurs comme Pointe-du-Lac. Les bords de l’eau, les grands terrains vont être en demande, avoir un espace de bureau, avoir une piscine, ce sont vraiment des critères qu’on voit de plus en plus des gens, ajoute monsieur La Haye.