•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

En direct, ICI Première
En direct, ICI Première
Rattrapage du mardi 4 mai 2021

Retard dans la vaccination du personnel en CHSLD dans la région  :  N. Perron

Retard dans la vaccination du personnel des CHSLD de la Mauricie et du Centre-du-Québec

Publié le 5 mai 2021
Une infirmière tient la main d'une aînée, qui est couchée dans un lit.
Une infirmière auprès d'une aînéePHOTO : Getty Images / LPETTET

La Mauricie et le Centre-du-Québec seraient parmi les régions où le taux de vaccination des travailleurs de la santé en CHSLD est le moins élevé dans la province. En entrevue à l'émission En direct, la présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Nathalie Perron, a déclaré que plusieurs facteurs expliquent cette situation.

Selon des données obtenues par La Presse, 57 % des préposés aux bénéficiaires en CHSLD sont vaccinés en Mauricie et au Centre-du-Québec, alors que la moyenne québécoise est de 67 %. Parmi les infirmières auxiliaires, un peu plus de la moitié d’entre elles sont vaccinées en Mauricie, alors que la moyenne au Québec est de 64 %.

L’accès difficile aux rendez-vous pour se faire vacciner, suivi d’une confusion sur la façon de s'inscrire, a nui au processus de vaccination des travailleurs de la santé, selon Nathalie Perron. L’employeur a mis une plateforme en place, qu’il a ensuite fermée, a-t-elle expliqué au micro d’En direct.

La présidente du syndicat qui représente des infirmières affirme que le criant manque de main-d'oeuvre en CHSLD rend difficile la possibilité de libérer un employé pour qu’il aille se faire vacciner.

Elle rappelle aussi qu’au début, il y avait peu de cliniques de vaccination et que les employés devaient faire des kilomètres de route pour s’y rendre. Certains ont donc préféré que des cliniques ouvrent plus près de chez eux.

Au début avril, le gouvernement a signé un arrêté ministériel obligeant les travailleurs de la santé en contact avec des patients à se faire vacciner. Des mesures alternatives sont prévues si les employés ne désirent pas se faire vacciner.