•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Travailler au secondaire, une bonne idée?

Des jeunes travaillant dans un café.
Des jeunes travaillant dans un caféPHOTO : Getty Images / sturti
Du côté de chez Catherine.
Du côté de chez CatherinePublié le 27 février 2022

Catherine Perrin s'entretient avec Karl Blackburn, président et chef de la direction du Conseil du patronat du Québec, et Pascal Lévesque, intervenant au Conseil régional de prévention de l'abandon scolaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean, pour savoir s'il faut encourager le travail chez les adolescents et adolescentes du secondaire. Cette discussion touche beaucoup de sujets économiques névralgiques au Québec : décrochage scolaire, pénuries de main-d'œuvre, hausse des salaires de base et taux de littératie.

Karl Blackburn et Pascal Lévesque sont tous les deux d’avis que l’éducation doit demeurer une priorité, même s’il peut être bénéfique pour ces jeunes d’explorer le marché du travail à cet âge.

« Une société qui est plus instruite, une société qui est plus formée, est une société qui est plus riche individuellement et collectivement. »

— Une citation de  Karl Blackburn

Le duo explique pourquoi ça devrait être la responsabilité des entreprises, qui embauchent ces jeunes, d’encourager une formation postsecondaire ou une spécialisation pour assurer un avenir prospère à la société.