•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La beauté de l’art qui réconforte en fin de vie

Accrochage en l'honneur du Dr Jacques Toupin au Musée d'art de Joliette, 2022. Oeuvres de Louis Belzile et de Thomas Sherlock Hodgson.
Accrochage en l'honneur du Dr Jacques Toupin au Musée d'art de Joliette, 2022. Œuvres de Louis Belzile et de Thomas Sherlock Hodgson. PHOTO : Gracieuseté : Musée d'art de Joliette
Du côté de chez Catherine.
Du côté de chez CatherinePublié le 18 janvier 2022

L'homme qui discute avec Catherine Perrin va bientôt mourir. Il le sait, il connaît la date à laquelle il souhaite arrêter la course de sa vie. À 78 ans, le Dr Jacques Toupin, grand collectionneur de peintures, considère que l'art et la beauté ont agrémenté sa vie de façon marquée.

Atteint de sclérose latérale amyotrophique (SLA ou maladie de Lou Gehrig), il a déjà convenu de son arrangement pour obtenir l’aide médicale à mourir : une question de semaines avant le jour J.

Depuis près de 40 ans, il a fait don de 350 œuvres au Musée d’art de Joliette, une façon d’en faire profiter la communauté.

Il parle avec émotion d’une peinture qu’il détient encore à sa maison. Créée par l’Italien Mimmo Paladino, cette œuvre mixte sur cuivre le conforte face à la mort.

« C’est l’œuvre pour laquelle j’ai le plus « freaké » en la voyant. La moitié des gens qui viennent chez moi la détestent, l’autre moitié l’adorent. Elle ne laisse personne indifférent. »

Il parle aussi de ses premières amours picturales et de la grande influence qu’a exercée sur lui son professeur, Guy Robert.