•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Du côté de chez Catherine, ICI Première.
Du côté de chez Catherine, ICI Première.
Rattrapage du 29 mars 2020 : Confinement, violence conjugale et pain maison

Confinement et violence conjugale : Entrevue avec Sabrina Lemeltier

Les femmes victimes de violence conjugale, doublement confinées

Publié le 29 mars 2020
Gros plan sur une main d'homme qui serre le poignet d'une femme.
Le confinement qui découle de la pandémie de coronavirus est un facteur aggravant de la violence conjugale.PHOTO : iStock / Bombaert

« La violence conjugale, c'est déjà une forme de confinement », souligne Sabrina Lemeltier, directrice de La Dauphinelle, une maison d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale située à Montréal. La situation actuelle – qui force les Québécoises à rester chez elles et à s'isoler en raison de la pandémie de COVID-19 – fragilise plusieurs d'entre elles, aux prises avec un conjoint violent. Sabrina Lemeltier recommande néanmoins aux femmes ainsi qu'à leur entourage de briser le silence malgré leur isolement.