•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Du côté de chez Catherine.
Du côté de chez Catherine.
Du côté de chez Catherine

Rattrapage du 2 mai 2021 : Histoires de coming out, et efficacité des organisations publiques

Résumé

Debbie Lynch-White présente la série « Histoires de coming out »; Georges Privet dresse une liste de films avec les pires accents québécois; les slammeurs IVY et Annie St-Jean parlent du documentaire « Je slame, tu slames »; Yves Genest, vice-président de la Fondation canadienne pour l'audit et la responsabilisation, et Marie-Soleil Tremblay, professeure titulaire à l'École nationale d'administration publique (ENAP), discutent de l'efficacité des organisations publiques; David Robichaud s'intéresse à l'importance des liens sociaux faibles; Olivier Morin fait la promotion de la pièce de théâtre « La colère des doux »; et Stéphanie Lévesque donne des conseils pour décaper.

  • 14 heures 6 minutes

    Sommaire de l'émission avec Catherine Perrin

  • 14 heures 8 minutes

    Histoires de coming out : Entrevue avec Debbie Lynch-White

    Debbie Lynch-White au micro de Catherine Perrin

    À la rencontre de personnes qui sont sorties du placard

    La comédienne Debbie Lynch-White est à la barre d'Histoires de coming out, une série documentaire qu'elle a elle-même imaginée et dans laquelle elle part à la rencontre de gens qui sont sortis du placard, ainsi que de leur entourage. « Bien qu'au Québec, on soit bien, il y a encore de l'homophobie, dit-elle. Malheureusement, des coming out, ça brise encore des familles. C'est exactement pour ça que j'ai fait cette série-là. » Celle que l'on peut voir dans Une autre histoire sur ICI Radio-Canada Télé explique pourquoi certaines personnes sont mal à l'aise devant une telle annonce et affirme qu'il faut être indulgent à leur égard.
  • 14 heures 27 minutes

    Georges Privet : Les pires accents québécois jamais filmés

    Les deux personnages de la série en montage photo.

    Les pires accents québécois dans les films et séries

    La sortie de la minisérie policière britannique Le Serpent (The Serpent) sur Netflix a fait parler d'elle au Québec, mais pas pour les bonnes raisons. Basée sur l'histoire vraie du tueur en série français Charles Sobhraj, elle met en scène la Québécoise Marie-Andrée Leclerc, sa complice, interprétée par une Anglaise, Jenna Coleman. « Jenna a l'air de parler une langue incompréhensible », déplore Georges Privet, qui profite de l'occasion pour dresser une liste de films dans lesquels on entend les pires accents québécois.
  • 14 heures 43 minutes

    Le documentaire Je slame, tu slames : Discussion avec Annie St-Jean et Ivy

  • 15 heures 6 minutes

    Sommaire de la 2e heure avec Catherine Perrin

  • 15 heures 6 minutes

    Discussion sur l'efficacité des organisations publiques

  • 15 heures 26 minutes

    Chronique philo avec David Robichaud : Les liens faibles

  • 15 heures 39 minutes

    Entrevue avec Olivier Morin pour la pièce La colère des doux

  • 15 heures 50 minutes

    Bien décaper : Les conseils de Stéphanie Lévesque