•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Myriam Lapointe-Gagnon : Ma place au travail

Le visuel de l'émission Dessine-moi un été.
Rattrapage du 17 juill. 2021 : Ma place au travail, et Pilou

Entrevue avec Myriam Lapointe-Gagnon : Ma place au travail

Ma place au travail : demander une place par enfant en garderie

Myriam Lapointe-Gagnon répond aux médias devant l'Hôtel Universel. Elle est accompagnée de plusieurs parents et de leurs enfants.
Myriam Lapointe-Gagnon, qui vit à Cacouna, a fondé le mouvement Ma place au travail.PHOTO : Radio-Canada / Patrick Bergeron
Le visuel de l'émission Dessine-moi un été.
Dessine-moi un étéPublié le 17 juillet 2021

Le groupe Ma place au travail est né du cri du cœur de Myriam Lapointe-Gagnon. « Peu importe les moyens que je prenais pour essayer de toutes les façons possibles de trouver un milieu de garde pour mon enfant, je me rendais bien compte que ce n'était pas une question de débrouillardise, qu'il n'y avait juste pas de place dans ma région [le Bas-Saint-Laurent] », explique-t-elle. Ce problème compromettait le retour au doctorat et l'internat de cette future psychologue.

« Je pensais rassembler quelques parents dans mon secteur, mais le soir même [de la fondation du groupe], on était 1000 personnes de partout au Québec dans le groupe », dit-elle. Et après quatre mois, 12 000 personnes suivent sa page Facebook, et 8000 font partie du groupe privé, qui est réservé aux parents.

Myriam Lapointe-Gagnon attend que le ministère de la Famille l'invite à « faire partie des discussions ». Jusqu'à maintenant, les parents sont exclus des consultations nationales qui ont eu lieu récemment sur l’avenir du réseau de garderies, et les communications sont rompues avec le ministre Mathieu Lacombe.

Le groupe Ma place au travail demande que l’accès aux garderies devienne un droit au Québec au même titre que l’école, et ces prochains mois, il sera « très présent politiquement », assure Myriam Lapointe-Gagnon.