•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Évelyne Morin-Uhl et Judith Lafaille : Démystifier le cancer par l’humour

Dessine-moi un été sur ICI Première.
Rattrapage du 10 juill. 2021 : Les Jardins de Métis, et La bande cancéreuse

Évelyne Morin-Uhl et Judith Lafaille : Démystifier le cancer par l’humour

La bande cancéreuse, pour dédramatiser le cancer par l’humour

Un mème du compte Instagram La bande cancéreuse, accompagné de la citation « Quand tu es en chimio et que t'achètes ta perruque sur Wish ».
Un des mèmes du compte Instagram La bande cancéreusePHOTO : Instagram/La bande cancéreuse
Dessine-moi un été sur ICI Première.
Dessine-moi un étéPublié le 10 juillet 2021

Est-ce qu'on peut rire du cancer et de l'épreuve qu'il représente? Pour Évelyne Morin-Uhl et Judith Lafaille, qui tiennent le compte Instagram La bande cancéreuse (Nouvelle fenêtre), oui. Les deux ont un cancer, qui est traité, et désiraient faire connaître leur état de santé par le rire.

Évelyne Morin-Uhl et Judith Lafaille se sont rencontrées en décembre 2018 à un atelier d’art-thérapie de la Fondation québécoise du cancer. Un de leurs amis, aujourd’hui décédé, leur a parlé du compte Instagram américain The Cancer Patient. « On a eu envie de le faire en français, explique Évelyne Morin-Uhl. On avait envie d’en rire, on avait envie de célébrer la vie, parce que même malade, on est en vie. » Le compte Instagram La bande cancéreuse propose des mèmes : « Quand on a le cancer, on prend beaucoup de cortisone, […] ça fait enfler le visage. J’avais pris une photo sur Internet d’une femme avec le visage un peu enflé et j’avais fait un gag par rapport à la cortisone », raconte Judith Lafaille.

« Les gens ne comprennent pas qu’on puisse faire des blagues alors qu’on sait que notre finalité va être différente des autres. On est déjà dans le pire de la situation. Il vaut mieux en rire qu’en pleurer », explique Judith Lafaille.