•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Dessine-moi un été, ICI Première.
Dessine-moi un été, ICI Première.
Rattrapage du 18 juill. 2020 : L’art de rue et l’immatriculation des vélos

La sensibilisation par l’art de rue : Entrevue avec Wartin Pantois alias Banksy

L’art de rue pour sensibiliser les gens aux problèmes sociaux

Publié le 18 juillet 2020
Vue des airs, une fresque, peinte sur le sol de la rue Sainte-Catherine à Montréal, une fresque indiquant « La vie de noir.e.s compte », avec la mention #BlackLivesMatter.
La fresque « La vie des noir.e.s compte » a été complétée jeudi.PHOTO : Facebook : Lëa-Kim Châteauneuf, CC BY:SA

Dans le contexte de la COVID-19 et du mouvement Black Lives Matter, l'art urbain est en pleine effervescence, comme en témoignent de nombreuses œuvres dont les photos circulent sur les réseaux sociaux. L'artiste visuel Wartin Pantois, surnommé le « Banksy de Saint-Roch », explique comment l'art de rue peut devenir un véhicule de sensibilisation sociale.

Cette semaine, une œuvre de l’artiste britannique Banksy, incitant au port du masque, est apparue dans le métro de Londres avant d’être retirée par mégarde par des employés d’entretien. À Montréal, une fresque géante a été peinte sur la rue Sainte-Catherine en soutien au mouvement Black Lives Matter.

« [L’art urbain] a la capacité de réagir rapidement à l’actualité, que ce soit pour dénoncer ou rendre hommage. C’est aussi un mouvement qui s’est adapté aux nouvelles technologies pour diffuser les œuvres très rapidement. »

—  Wartin Pantois, artiste visuel