•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Dessine-moi un été sur ICI Première.
Dessine-moi un été sur ICI Première.
Audio fil du samedi 4 août 2018

Sciences en vacances avec Normand Voyer : La chimie du tatouage

La chimie derrière les tatouages, avec Normand Voyer

Publié le 4 août 2018
Un homme tatoué de la tête au ventre.
Sylvain, un enseignant de France, se fait photographier durant Le Mondial du Tatouage, à Paris, le 9 mars 2018.PHOTO : Reuters/Benoit Tessier

« Le tatouage, c'est comme une infection que l'on combat toute notre vie. » Le chroniqueur scientifique et chimiste Normand Voyer démystifie cette pratique ancestrale qui consiste à se faire marquer la peau de façon permanente. Des scientifiques ont même trouvés des tatouages sur le corps d'Ötzi, un homme qui aurait vécu à l'ère néolithique.

La permanence des tatouages
Comment expliquer la permanence des tatouages? Normand Voyer nous explique que la peau contient trois épaisseurs : l’épiderme, le derme et l’hypoderme. Quand on injecte profondément dans la peau – dans le derme et l'hypoderme – une solution de colorants dans de l'alcool, notre système immunitaire reconnaît les molécules de colorants comme des envahisseurs.

Le système immunitaire va alors s'activer et produire des cellules spécialisées dans la destruction, des macrophages. Ces cellules vont en quelque sorte absorber les molécules de colorants, mais elles ne seront pas capables de les dégrader. Elles vont demeurer là, colorées, piégées dans le derme, tout comme d'autres cellules qui vont s'en imprégner, les fibroblastes. « En d'autres mots, c'est une infection que l'on combat toute notre vie, d’où la permanence », indique Normand Voyer.

Au Canada, on compte huit millions d’habitants qui arborent des tatouages. Toutefois, 3,6 millions d’entre eux regrettent de s'être fait tatouer. Il existe aujourd’hui deux techniques pour ceux qui souhaitent les faire effacer : la desquamation chimique et la destruction au laser. Selon Normand Voyer, il faut éviter la première technique, qui est « nocive » pour l’épiderme, et plutôt opter pour la seconde.

Le tatouage du futur
Aujourd'hui, on peut se procurer des tatouages temporaires thermochromiques qui changent de couleur à la lumière ou à la chaleur et d’autres qui changent au gré de notre humeur. « Par ailleurs, DuoSkin développe une nouvelle technologie de tatouage avec des feuilles d'or. Ces tatouages sont compatibles avec la peau et très décoratifs. Ils permettront un jour le contrôle de notre ordinateur. On pourra contrôler le volume ou ouvrir des applications grâce à une petite pression sur notre tatouage », ajoute Normand Voyer.

L'entreprise DuoSkin propose des tatouages à la fine pointe de la technologie :