•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Cinéma avec Martin Bilodeau : Ces films qu'on ne ferait plus

Dessine-moi un été sur ICI Première.
Audio fil du samedi 4 août 2018

Cinéma avec Martin Bilodeau : Ces films qu'on ne ferait plus

Ces films qu'on ne pourrait plus faire aujourd'hui

Un rabbin dans une foule.
Louis de Funès dans Les aventures de Rabbi Jacob. PHOTO : SNC/Films Pomereu/Horse Films
Dessine-moi un été sur ICI Première.
Dessine-moi un étéPublié le 4 août 2018

L'annulation récente des spectacles SLAV et Kanata, tous deux signés Robert Lepage, n'est pas tout à fait surprenante. Les questions du racisme, du sexisme et de l'appropriation culturelle se posent depuis longtemps. Le critique de cinéma Martin Bilodeau a établi une liste de cinq films qu'on ne pourrait plus regarder de la même manière en 2018.

Les aventures de Rabbi Jacob, de Gérard Oury, 1973
Louis de Funès se fait passer pour un rabbin orthodoxe dans une course à travers la France, où il est poursuivi par de « méchants Arabes ». Ce film dénonce le Français raciste en présentant tous les clichés culturels liés aux juifs orthodoxes. Plusieurs membres des communautés culturelles pourraient être heurtés de voir un film comme celui-là aujourd’hui.

The Adventures of Tintin, de Steven Spielberg, 2011
Le réalisateur hollywoodien de renom Steven Spielberg s’approprie l’œuvre célèbre du bédéiste belge Hergé. Aujourd’hui, on n’oserait plus faire ce film de la même manière.

Roman Polanski: Wanted and Desired, de Marina Zenovich, 2008
Le film traite de la controverse judiciaire entourant le procès intenté contre le cinéaste Roman Polanski aux États-Unis en 1977. On y raconte comment Polanski n’a jamais nié les accusations et comment le juge a tiré une certaine gloire de cette affaire. De plus, on y montre la dérape médiatique entourant le procès, ce qui a pour effet de rendre le spectateur sympathique à la cause du réalisateur polonais.

Manhattan, de Woody Allen, 1979
Un scénariste de télévision divorcé vit une liaison avec une adolescente. Son meilleur ami lui présente une journaliste dont il tombe amoureux, ce qui l'amène à larguer l'adolescente qu'il fréquente. On peut ressentir un malaise en revoyant ce film, surtout en ce qui a trait au comportement qu’a eu Woody Allen en quittant sa femme Mia Farrow pour la fille adoptive de cette dernière, Soon-Yi Previn.

Portier de nuit, de Liliana Cavani, 1974
Dirk Bogarde interprète un ancien tortionnaire nazi aux côtés de Charlotte Rampling qui joue sa maîtresse. Les deux protagonistes entretiennent une relation sadomasochiste. Cette érotisation du nazisme serait absolument intolérable aujourd’hui.