•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La grande influence de l’être humain sur la chimie et la santé des lacs

Un forêt entoure un lac sous un ciel bleu.
Normand Voyer explique que les lacs au Québec représentent des écosystèmes très fragiles.PHOTO : iStock
Dessine-moi un été sur ICI Première.
Dessine-moi un étéPublié le 16 août 2020

« Nos lacs sont encore plus menacés aujourd'hui qu'ils ne l'étaient dans le temps des pluies acides, et c'est principalement dû au réchauffement climatique et à l'activité humaine grandissante », souligne Normand Voyer, chimiste et professeur-chercheur au Département de chimie de l'Université Laval. Il explique que l'être humain joue un grand rôle dans l'apparition de cyanobactéries dans les plans d'eau, notamment en raison de l'utilisation de phosphates.

En raison du ruissellement, les phosphates, que l’on trouve dans de nombreux produits ménagers, finissent par se retrouver dans les ruisseaux, les rivières et les lacs du Québec, ce qui a des répercussions directes sur la santé des plans d’eau.

« L'activité humaine va contribuer à amener du phosphate, du phosphore dans nos lacs, et à stimuler la prolifération de certaines cyanobactéries. »

— Une citation de  Normand Voyer, chimiste et professeur-chercheur au Département de chimie de l'Université Laval

Pour limiter leur empreinte, Normand Voyer suggère aux riverains de diminuer la quantité de fertilisants qu’ils utilisent pour leur terrain. Le spécialiste incite aussi la population riveraine à utiliser des savons sans phosphate.