•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Dessine-moi un dimanche, ICI Première.

Les dessous du métier d’écrivaine publique

Publié le 23 mai 2021
Madame Coupal en entrevue à Radio-Canada.
Suzanne Coupal, juge à la retraite et écrivaine publiquePHOTO : Radio-Canada

« Être juge pendant 20 ans, ça impose une réserve, une retenue, d'une certaine manière de voir la société toujours avec recul », raconte Suzanne Coupal, qui a pris sa retraite en 2011. « Le fait de quitter la magistrature, ça me donnait des ailes », ajoute-t-elle. Depuis les derniers mois, elle occupe le poste d'écrivaine publique, ce qui lui permet de mettre à profit son expérience de juge autrement. Elle dévoile à Franco Nuovo ce qui l'a menée vers cette nouvelle entreprise et elle aborde également ses passions artistiques.

C’est un peu par coïncidence que Suzanne Coupal a pu se lancer dans l’aventure qui consiste à devenir écrivaine publique. J’ai lu quelques romans, vu quelques films, et je me suis posé la question au début de la pandémie : "est-ce que ce service-là existe chez nous au Canada, particulièrement à Montréal?" se remémore-t-elle.

Peu de temps après s’être adressée au service des bibliothèques de la Ville de Montréal, elle s'est vu demander d’occuper ce nouveau poste dans le cadre d’un projet pilote.

Suzanne Coupal aide les gens avec toutes sortes de requêtes qui peuvent être parfois délicates, et même si elle est loin des tribunaux aujourd’hui, son nouveau travail fait appel à certaines compétences qu’elle a développées en tant que juge.

« Il faut faire preuve d’empathie pour être à la fois capable de comprendre les victimes et les accusés lorsqu’on est en processus de règlement. […] Comme écrivaine publique, il y a certainement de l’empathie, mais il y a de la connaissance aussi. »

—  Suzanne Coupal, écrivaine publique

La pandémie lui a également donné l’occasion de se consacrer à ses autres passions, comme les arts visuels et l’écriture.