•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Dessine-moi un dimanche, ICI Première.
Dessine-moi un dimanche, ICI Première.
Rattrapage du 21 févr. 2021 : Le cinéaste Phil Comeau, et la valeur légale des émojis

Les emojis devant les tribunaux : Entrevue avec l'avocate Laurence Bich-Carrière

Les émojis changeraient-ils la valeur d’un procès légal?

Publié le 21 février 2021
Une pluie d'émojis
Les premiers emojis auraient été créés au Japon par Shigetaka Kurita en 1998. PHOTO : Marie-Pier Mercier

« Ça peut arriver que les émojis changent la nature de la preuve. Il faut en tenir compte pour voir s'ils sont pertinents », explique l'avocate en litige commercial Laurence Bich-Carrière, associée chez Lavery de Billy et chargée de cours à l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Alors qu'Apple vient d'ajouter 200 nouveaux émojis à son répertoire, l'avocate discute de la légitimité des émoticônes dans un procès légal.

« Un émoji peut être pertinent et avoir un sens particulier, mais c’est le travail des avocats d’exposer les nuances ou un deuxième sens au besoin avec un expert. »

—  Laurence Bich-Carrière

L’avocate précise qu’en seulement deux ans, il y a deux fois plus de décisions juridiques impliquant des émoticônes qui ont été prises. Elle revient aussi sur quelques jugements au cours desquels les émojis ont joué un rôle fondamental.