•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Nouvelle approche psychologique et neuroscientifique : Entrevue avec Xavier Seron

Dessine-moi un dimanche.
Rattrapage du 1er mars 2020 : Pionnières spatiales, sorcières de Salem et mensonge

Nouvelle approche psychologique et neuroscientifique : Entrevue avec Xavier Seron

Les enfants apprennent à mentir à 3 ans, et ce n’est peut-être pas une si mauvaise chose

Un enfant croise les doigts derrière son dos au moment où il dit un mensonge.
Le mensonge commence à faire partie de la vie de l'enfant vers 3 ans.PHOTO : getty images/istockphoto / Pornpak Khunatorn
Dessine-moi un dimanche.
Dessine-moi un dimanchePublié le 1 mars 2020

« Grosso modo, les études concordent pour dire que c'est vers l'âge de 3 ans que le mensonge apparaît », souligne Xavier Seron, docteur en neuropsychologie et auteur du livre Mensonges! Une nouvelle approche psychologique et neuroscientifique.

L’ancien professeur à la Faculté de psychologie de l'Université catholique de Louvain, en Belgique, explique que le mensonge chez l’enfant recèle, en quelque sorte, une forme d’intelligence.

« Autant les mamans sont contentes quand l’enfant dit son premier mot, elles devaient se réjouir de la même façon quand l’enfant émet son premier mensonge, parce que c’est une indication d’un développement social et intellectuel intéressant », dit le scientifique.

Mensonges! Une nouvelle approche psychologique et neuroscientifique, (Nouvelle fenêtre) Xavier Seron, éditions Odile Jacob