•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Dessine-moi un dimanche, ICI Première.
Dessine-moi un dimanche, ICI Première.
Rattrapage du 10 mai 2020 : Mammifères marins, confinement et Gildor Roy

Chronique chimie avec Normand Voyer : La chimie du Plexiglas

La chimie du Plexiglas

Publié le 10 mai 2020
La demande d'écrans protecteurs en acrylique chez le fabricant PolyAlto a explosée. L'entreprise reçoit près de 300 appels par jours de commerçants qui se préparent à la réouverture, lundi.
La demande d'écrans protecteurs en acrylique chez le fabricant PolyAlto a explosée. L'entreprise reçoit près de 300 appels par jours de commerçants qui se préparent à la réouverture, lundi. PHOTO : Radio-Canada

En très peu de temps, les panneaux d'acrylique (connus sous le nom de commercial de Plexiglas) sont apparus un peu partout, à l'épicerie comme à la pharmacie. Leur usage s'est généralisé, ce qui fait que ces panneaux font maintenant partie du quotidien de tout le monde. D'un point de vue chimique, le chimiste Normand Voyer nous explique en quoi consiste ce matériau.

Le Plexiglas est fabriqué à partir d'une toute petite molécule : le méthacrylate de méthyle. Lorsque cette substance est placée en présence d'un catalyseur, elle s'additionne sur elle-même des milliers, voire des millions de fois pour former de très longues chaînes qu'on appelle des polymères, d'où son nom chimique de polyméthacrylate de méthyl (ou PMMA.)

Les longues chaînes de PMMA s'attirent et s'entrelacent comme des spaghettis

À la température ambiante, le PMMA est très résistant, car ses longues chaînes sont entrelacées et retenues par des trilliards d'interactions chimiques et électrostatiques; comme des millions de petits Velcro microscopiques qui maintiennent les chaînes ensemble. Sa résistance est aussi due à toutes ces liaisons entre les chaînes : un impact sur le Plexiglas est réparti et absorbé par des millions de liaisons, ce qui l’empêche de se briser.

Ce matériau a aussi l’avantage d’être thermoplastique : au-delà d'une certaine température, il devient mou et malléable, ce qui veut dire qu'on peut lui donner différentes formes ou en faire des hublots, des phares de voiture, etc. Par contre, il se dépolit rapidement, car il s’égratigne facilement. Par ailleurs, il n’est pas recyclable à l'heure actuelle.