•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Dessine-moi un dimanche, ICI Première.
Dessine-moi un dimanche, ICI Première.
Rattrapage du 12 avr. 2020 : Pères trappistes, masques N95, polio et COVID-19

Chronique science avec Normand Voyer : La chimie des masques

De quoi sont faits les masques N95?

Publié le 12 avril 2020
Un masque N95
Un masque N95PHOTO : Radio-Canada / Emilee Flansberry-Lanoix

Le chimiste Normand Voyer explique la science derrière les masques qui font barrière aux gouttelettes et nous explique ce qui distingue les masques ordinaires des fameux N95, faits de polypropylène (plastique no 5).

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), quand on tousse, on peut projeter jusqu'à 3000 gouttelettes, et quand on éternue, jusqu'à 40 000 d'entre elles. Elle sortent à des vitesses variant entre 10 et 30 mètres par seconde.

La grosseur de ces gouttelettes varie énormément : de 100 nanomètres jusqu'à 2 microns, ce qui veut dire qu'elles sont de 30 à 60 fois plus petites que le diamètre d'un cheveu. Les gouttelettes contiennent majoritairement de l'eau, du chlorure de sodium (NaCl), des protéines, des micro-organismes, des bactéries et des virus.

Ce sont les mucines, des protéines très particulières, qui confèrent leur viscosité aux gouttelettes. Les mucines permettent d’ailleurs au virus de rester infectieux un certain temps sur différentes surfaces qui se trouvent à l'extérieur d'un organisme.