•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Reprendre le pouvoir sur la schizophrénie au quotidien : Reportage d'Alexis Gacon

Désautels le dimanche sur ICI Première.
Rattrapage du 27 mars 2022 : Arrêter la guerre sans la faire, et alliance NDP et PLC

Reprendre le pouvoir sur la schizophrénie au quotidien : Reportage d'Alexis Gacon

Des ateliers d’intégration sociale et professionnelle pour schizophrènes

PHOTO IVANOH DEMERS
Portrait de Simon  Longpré et Bernard Saulnier. Les deux hommes souffrent de schizophrénie et se sont confiés au journaliste Alexis Gacon. 


Photo prise à L’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, rue  Hochelaga à Montréal, Québec, Canada

Sur la photo: (Gauche à droite) Simon  Longpré et Bernard Saulnier.
Portrait de Simon Longpré et Bernard Saulnier, à l’Institut universitaire de santé mentale de Montréal. Les deux hommes souffrent de schizophrénie et ont bénéficié du travail d'ergothérapeutes pour retrouver de l'autonomie, et trouver un travail.PHOTO : IVANOH DEMERS
Désautels le dimanche sur ICI Première.
Désautels le dimanchePublié le 27 mars 2022

La schizophrénie reste une maladie méconnue du grand public qui traîne son lot de clichés. À Montréal, les thérapies qui entourent ce trouble de santé mentale continuent d'évoluer pour mieux aider les patients et combattre les stéréotypes. L'Institut universitaire en santé mentale de Montréal s'inspire depuis quelques années d'une approche suisse qu'il a adaptée. Son idée, c'est de réapprendre à ces personnes, en thérapie, à vivre des situations de la vie quotidienne dans un groupe fermé, avant d'avoir ensuite à y faire face dans la vraie vie. Lorsque des gens atteints de schizophrénie sont appuyés par un programme de soutien à l'emploi et par une thérapie adaptée, leur taux de placement grimpe de 20 à 75 %, selon une étude réalisée en 2020. Le reportage d'Alexis Gacon.