•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La Russie veut redéfinir l’équilibre de la sécurité sur le continent européen

Jens Stoltenberg parle à la presse devant une affiche avec le logo de l'OTAN.
Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, s'adresse à la presse après le Conseil OTAN-Russie, au siège de l'alliance à Bruxelles.PHOTO : afp via getty images / JOHN THYS
Désautels le dimanche sur ICI Première.
Désautels le dimanchePublié le 16 janvier 2022

Vladimir Poutine a été très clair : il ne veut plus que l'OTAN soit stationnée aux portes de son pays. Les demandes effectuées par l'Ukraine à se joindre à l'alliance militaire occidentale constituent pour le président russe le prétexte afin de revoir l'architecture de sécurité du continent européen. Le moyen de pression pour forcer les Occidentaux à négocier avec lui cette révision? La menace implicite d'envahir l'Ukraine. Cette semaine a donc marqué le début des pourparlers entre Russes et Occidentaux. L'analyse de Frédéric Mérand, professeur au Département de science politique de l'Université de Montréal et directeur du Centre d'études et de recherches internationales de l'Université de Montréal (CERIUM).