•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Désautels le dimanche, ICI Première.
Désautels le dimanche, ICI Première.
Désautels le dimanche

Rattrapage du 26 avr. 2020 : Personnes âgées, État islamique et retour en classe

Résumé

Janic Tremblay et Frank Desoer s'intéressent à la détresse dans les CHSLD; François Béland analyse le sous-financement des soins de santé destinés aux personnes âgées; Frank Desoer s'entretient avec une militante républicaine pro-Trump; Harold LeBel discute de la réalité de la région du Bas-du-Fleuve en ces temps de pandémie; Michel Labrecque visite trois banques alimentaires; Luc Godbout y va de ses prédictions sur l'économie d'après-crise; Adel Bakawan explique comment le groupe armé État islamique reprend du galon; Myriam Fimbry s'intéresse au retour en classe dans le monde; et Colombe St-Pierre discute de l'occasion inespérée que représente la pandémie de revoir nos modes de consommation alimentaire.

Cet extrait audio vous a été recommandé

  • 11 heures 16 minutes

    Les foulards rouges de la faim et de la colère en Colombie avec Myriam Fimbry

    Une femme portant un masque facial attend à la porte de sa maison pour recevoir de l'aide alimentaire alors que les militaires colombiens visitent le bidonville appauvri du quartier d'El Codito distribuant des paniers alimentaires familiaux pendant la quarantaine obligatoire ordonnée par le gouvernement le 23 avril 2020 à Bogota, en Colombie.

    En colère contre le manque de nourriture

    En Colombie, depuis quelques semaines, des foulards rouges ont fait leur apparition aux fenêtres et aux balcons des immeubles des quartiers pauvres. Ils expriment le désarroi et la colère face à la fois aux difficultés financières qui empêchent de nombreuses familles d'acheter de quoi manger et à l'aide insuffisante de la part des autorités. La moitié de la population colombienne vivait de petits boulots avant la crise.