•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Un Rouynorandien veut être juge de karaté aux prochains Jeux Olympiques de Tokyo

Samir Baccouche lors des 32e Jeux panaméricains seniors à Santiago au Chili.
Samir Baccouche lors des 32e Jeux panaméricains seniors à Santiago au Chili.PHOTO : Gracieuseté : Samir Baccouche
Publié le 27 juin 2018

Un Rouynorandien est récemment devenu le tout premier juge international de karaté de l'Abitibi-Témiscamingue. Arrivé de Tunisie en 1999 dans la région, Samir Baccouche caresse le rêve de se rendre aux prochains Jeux Olympiques de Tokyo, au Japon, en 2020.

Celui qui est coordonnateur des installations matérielles au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue a expliqué au micro de David Chabot que le karaté n’est pas qu’une simple discipline qu’il a commencée à l’âge de 16 ans, mais une passion qui prend une importante place dans sa vie.

Ceinture noire depuis 1998, il pratique ainsi cet art martial depuis exactement 26 ans.

Après avoir accumulé deux décennies à titre d’athlète de haut niveau, fait l’équipe nationale et participé aux Championnats du monde dans la discipline, M. Baccouche a eu envie d’ajouter une corde de plus à son arc et de s’impliquer dans l’arbitrage de ce sport.

Il est ainsi devenu la première personne en Abitibi-Témiscamingue à atteindre le titre d’arbitre national de karaté à Halifax, en mars 2018, en plus de devenir le premier juge international de karaté en Abitibi-Témiscamingue (kata et combat niveau C) aux 32e Jeux panaméricains seniors à Santiago au Chili, le 16 juin dernier.

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser