•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Des dizaines de personnes manifestent sous les flocons de neige qui tombent à Rouyn-Noranda.
La première journée de grève du Front commun a débuté tôt le lundi 6 novembre.PHOTO : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau
Publié le 6 novembre 2023

En Abitibi-Témiscamingue, plus de 10 000 syndiqués participent à une première journée de grève ce lundi.

La mobilisation du personnel en éducation et dans le domaine de la santé vise à envoyer un message au gouvernement du Québec dans le cadre des négociations de conventions collectives.

Félix-Antoine Lafleur, Cindy Lefebvre et Carl Verreault en entrevue à Radio-Canada à Rouyn-Noranda.

Félix-Antoine Lafleur, Cindy Lefebvre et Carl Verreault décrivent les demandes des membres du front commun qu'ils représentent en Abitibi-Témiscamingue.

Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Félix-Antoine Lafleur, président du Conseil central de la CSN pour l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec, espère un règlement rapide qui permettra d’annuler les trois autres journées de grève annoncées. Cindy Lefebvre, présidente du Syndicat de l’enseignement de la Jamésie et de l’Abitibi-Témiscamingue, indique que les membres sont prêts à manifester leur colère et leur détermination.

Avec le représentant national pour l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) en Abitibi-Témiscamingue, Carl Verreault, ils décrivent les impacts de la grève et les demandes entourant les salaires et les régimes de retraite.

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser