•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La hausse du prix du diesel inquiète les agriculteurs

Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du mercredi 7 décembre 2022

La hausse du prix du diesel inquiète les agriculteurs

La hausse du prix du diesel inquiète les agriculteurs

Un tracteur dans un champ.
Les agriculteurs ont habituellement accès à un diesel moins cher pour l'utilisation hors route. (archives)PHOTO : Radio-Canada / Evan Mitsui/CBC
Des matins en or ICI Première.
Des matins en orPublié le 7 décembre 2022

Le président de l'Union des producteurs agricoles (UPA) en Abitibi-Témiscamingue invite les agriculteurs à prendre le temps de magasiner leur diesel.

Pascal Rheault soutient que certains distributeurs vendent en ce moment le diesel coloré pour l’utilisation hors route plus cher que le diesel clair.

Je pense que normalement, c’est autour de 15 à 20 cents de moins cher du litre entre le coloré et le diesel blanc, dit-il.

L’UPA cherche à comprendre pourquoi la différence de prix est si élevée ces jours-ci. Pascal Rheault rapporte qu’un colorant mélangé au diesel serait en rupture de stock, mais il s’explique mal la différence de prix entre des secteurs de la région.

On a regardé le 28 novembre et il y avait pratiquement un dollar du litre entre le Témiscamingue et l’Abitibi, dit-il. Il était à 1,71 $ au niveau du Témiscamingue. Eux je ne sais pas s’ils s’alimentent en Ontario. Ici, en Abitibi, il était à 2,65 $, 2,70 $. C’est incompréhensible.

De passage à l’émission Des matins en or, Pascal Rheault a aussi invité les motoneigistes à respecter les terres agricoles.

C’est sûr que c’est toujours un sujet qui est bouillant. C’est quand même un droit d’accès qu’on laisse aux motoneigistes. Quand le monde ne le respecte pas, à un moment donné, le propriétaire est propriétaire chez eux aussi. On veut être de concert avec l’industrie de la motoneige pour valoriser ça, mais il faut vraiment que le monde respecte les terres agricoles et reste dans les sentiers, rappelle le président régional de l’Union des producteurs agricoles.