•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Stérilisations imposées : le Collège des médecins veut rencontrer les auteures du rapport

Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du lundi 28 novembre 2022

Stérilisations imposées : le Collège des médecins veut rencontrer les auteures du rapport

Stérilisations forcées  :  réaction du Collège des médecins

Un homme discute dans son bureau
Mauril Gaudreault, président du Collège des médecins du QuébecPHOTO : Radio-Canada
Des matins en or ICI Première.
Des matins en orPublié le 28 novembre 2022

Le président du Collège des médecins, le Dr Mauril Gaudreault, veut rapidement rencontrer les auteures du rapport de recherche intitulé Consentement libre et éclairé et les stérilisations imposées de femmes des Premières Nations et Inuit au Québec.

Ce rapport de Suzy Basile, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les enjeux relatifs aux femmes autochtones de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) et de l’étudiante au doctorat à l’École d’études autochtones, Patricia Bouchard, a été rendu public jeudi.

S’il y a des signalements, s’il y a des cas qui nous sont rapportés, on va essayer d’avoir des noms et on va être conséquents par rapport à cela. C’est la première chose que nous allons faire par rapport à des enquêtes probables, soutient le Dr Gaudreault.

On invite toutes les personnes, tous les soignants qui ont été témoins de pareilles situations à les dénoncer au Collège des médecins parce qu’évidemment, on a été renversé par ces constats-là, dit-il.

Le président du Collège des médecins affirme avoir été choqué par les constats émis dans le rapport.

Il rappelle qu’un message avait été envoyé l’an dernier aux médecins du Québec à la suite d’une situation rapportée sur une stérilisation non consentie.

Il s’agissait de demander à une patiente si elle veut subir une ligature des trompes pendant qu’elle est en contractions pour accoucher. On disait que c’était inacceptable et que c’était abuser de la patiente. Ce message-là on va le refaire aux 25 000 médecins du Québec parce que j’ai été quand même un peu atterré de voir que le dernier cas dans l’enquête en question s’était produit en 2019, souligne le président du Collège des médecins.

Le Dr Mauril Gaudreault affirme qu’il sera accompagné du Dr Stanley Volant lors de cette rencontre d’ici la fin de la semaine.