•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L’exploration minière reprend à Matagami

Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du mardi 17 mai 2022

L’exploration minière reprend à Matagami

Reprise de l'exploration minière à Matagami

La machinerie utilisée dans les mines a été transformées en oeuvre d'art. Des fleurs poussent dans la pelle et le chariot.
Le développement de la Ville de Matagami repose sur 60 ans d’histoire minière.PHOTO : Radio-Canada / Piel Côté
Des matins en or ICI Première.
Des matins en orPublié le 17 mai 2022

À un peu plus d'un mois de la fermeture de la mine Bracemac-Mcleod, de Glencore, à Matagami, la Ville annonce la reprise de l'exploration dans son camp minier.

Une entente conclue à la fin du mois d'avril entre Glencore et Nuvau Minerals permet l’exploration minière pour les trois prochaines années.

Le maire de Matagami, René Dubé indique avoir toujours eu comme priorité que les titres miniers, communément appelés claims miniers, soient explorés après la fermeture de la mine, prévue pour le 30 juin.

Ça a permis à Nuvau Minerals d’acquérir la quasi-totalité des claims miniers pour un investissement étalé sur trois ans d’au moins 30 millions de dollars. À partir là, ce qui est important de voir c’est que Nuvau Minerals vont arriver avec un oeil nouveau, des objectifs peut-être différents qu’une minière internationale qui fait en sorte qu’il croit toujours au potentiel, dit-il.

Un homme pose dans son bureau.

Le maire de Matagami, René Dubé

Radio-Canada / Émilie Parent Bouchard

René Dubé affirme poursuivre les discussions avec Glencore pour le maintien des infrastructures comme le concentrateur, qui permet de traiter le minerai.

« L’oxygène des mines, c’est l’exploration. Ils viennent de donner un nouveau souffle, mais ça peut prendre du temps. »

— Une citation de  René Dubé

Le maire veut conserver des emplois à Matagami et souhaite éviter le départ de ses citoyens. Il se dit réaliste, mais optimiste.

On parle de plusieurs kilomètres, décrit René Dubé. C’est un des plus grands camps miniers qu’il n’y a pas. C’est pour ça qu’il est important pour nous que ça ne reste pas en dormance ou qu’il soit morcelé. Avec cette entente-là, c’est qu’il y a un joueur qui arrive, qui croit au potentiel et qui dit qu’autour de Matagami et un petit peu plus loin, il y a un potentiel intéressant. Ils veulent voir le potentiel réel.