•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Hébergement pour itinérants :  quand la COVID et le froid s'invitent

Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du vendredi 14 janvier 2022

Hébergement pour itinérants :  quand la COVID et le froid s'invitent

Entre le froid et la COVID à la Piaule pour personnes en situation d’itinérance

La maison d'hébergement La Piaule de Val d'Or
Des résultats de tests sont attendus pour confirmer l'état de santé de plusieurs employés. (archives)PHOTO : Mélanie Picard
Des matins en or ICI Première.
Des matins en orPublié le 14 janvier 2022

Des avertissements de froid extrême ont été émis à plus d'une reprise depuis le début du mois de janvier en Abitibi-Témiscamingue. Une période difficile pour les personnes en situation d'itinérance.

L’organisme La Piaule de Val-d’Or travaille à maintenir les opérations pour aider et héberger temporairement la clientèle alors que des cas de COVID-19 ont été détectés mercredi.

Le président Stéphane Grenier affirme que le bâtiment de La Piaule deviendra temporairement un lieu pour héberger les personnes infectées par le virus.

En ce moment comme président d’un conseil d’administration d’un organisme, j’ai l’impression d’avoir les deux genoux par terre et les yeux pleins de sang. Ça va vraiment prendre l’appui de la population locale pour pouvoir nous relever de ça. On va avoir besoin de nos employés, même des employés qui sont confirmés positifs, mais asymptomatiques pour qu’ils puissent aller travailler dans le lieu chaud surtout. Ce sera très difficile pour eux. Imaginez, il va falloir confiner des gens qui ont la COVID qui, de façon générale, n’aiment pas être confinés, qui ont des problèmes de santé mentale et de toxicomanie parfois, tout ça dans un même lieu, rapporte le président de La Piaule.

Pendant la journée, une halte-chaleur au centre de débordement du sous-sol de l’église Saint-Sauveur permet à la clientèle de se réchauffer et de prendre un café lorsqu’il fait moins de -20 degrés.

Stéphane Grenier indique que les dons en argent ou en nourriture comme commander un repas supplémentaire au restaurant pour le donner aux personnes en situation d’itinérance sont acceptés.

On regarde avec le conseil d’administration la possibilité de donner des salaires supplémentaires, mais bien sûr, ça va nous précipiter dans un déficit financier monstre, ajoute-t-il.