•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des centaines de travailleuses de CPE en grève générale illimitée

Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du mercredi 1 décembre 2021

Des centaines de travailleuses de CPE en grève générale illimitée

Les travailleuses de CPE affiliées à la CSN déclenchent une grève générale illimitée

Trois pancartes portent le logo de la CSN.
Après s'être dotées d’un mandat de grève générale illimitée cette fin de semaine, les travailleuses ont déclenché la grève mercredi matin.PHOTO : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana
Des matins en or ICI Première.
Des matins en orPublié le 1 décembre 2021

Quelque 300 travailleuses de 9 Centres de la petite enfance (CPE) syndiquées à la Confédération des syndicats nationaux (CSN) sont en grève générale illimitée depuis ce matin en Abitibi-Témiscamingue et dans le Nord-du-Québec.

La grève touche une douzaine d’installations dans la région et 400 CPE au Québec.

La surcharge de travail, la rémunération du personnel de soutien, le ratio des enfants par éducatrice, le soutien pour les enfants ayant des besoins particuliers sont des points en litiges à la table de négociations rappelle Félix-Antoine Lafleur, président du Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec-CSN.

Les choses bougent, mais elles ne progressent pas à un rythme suffisant et elles ne progressent pas avec une volonté qu’on sent satisfaisante de la part de la partie patronale, dit-il.

Les CPE touchés par la grève

  • Au Village des petits lutins - Lorrainville
  • Bambin et Câlins 1 et 2 - Malartic
  • Bonnaventure - Rouyn-Noranda
  • Cannelle et Pruneau - Témiscamingue
  • Des p’tits maringouins - Matagami
  • Fleur et Miel - Rouyn-Noranda
  • Les Petits Chatons - Sainte-Germaine-Boulé
  • Pidaban - Notre-Dame-du-Nord
  • Vallée-des-Loupiots - installations Guillemette et Paquin de Val-d’Or

Le pouvoir de régler la grève est entre les mains du gouvernement et des employeurs en ce moment. C’est ça qu’on envoie comme message aux parents, indique Félix-Antoine Lafleur.

Il invite les parents à interpeller les élus de la région.