•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Chasse à l’orignal  :  la chaleur représente un défi supplémentaire

Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du mercredi 13 octobre 2021

Chasse à l’orignal  :  la chaleur représente un défi supplémentaire

Chasse à l’orignal : la chaleur représente un défi supplémentaire

Un orignal est debout dans une forêt.
Un orignal se tient debout dans une forêt.PHOTO : Radio-Canada
Des matins en or ICI Première.
Des matins en orPublié le 13 octobre 2021

La chaleur représente un défi supplémentaire cet automne lors de la chasse à l'orignal.

La chasse à l’arme à feu dans la zone 13 est permise du 9 au 24 octobre. Cette année, les chasseurs peuvent abattre mâles et femelles.

À la boucherie Des Praz de Rouyn-Noranda, une soixantaine d’orignaux ont déjà été déposés dans une chambre froide.

Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais c’est une très bonne année. Tant au niveau de la récolte, les gens nous disent que c’est facile d’abattre cette année. Les animaux sont vraiment au rendez-vous, mais il y a un autre phénomène qui se produit aussi, il fait très chaud alors les gens veulent rentrer leur carcasse le plus rapidement possible dans des chambres froides, explique la copropriétaire Christel Groux.

Christel Groux et Sylvain Fleurant se tiennent côte à côte dans le magasin.

Christel Groux et Sylvain Fleurant, tous deux derrière le projet d'abattoir et propriétaires de la boucherie Des Praz.

Radio-Canada / Gracieuseté de Christel Groux et Sylvain Fleurant

La boucherie Des Praz peut accueillir environ 200 originaux d’ici la fin du mois. Christel Groux conseille aux chasseurs de mettre la bête en carcasse le plus rapidement possible et à l'abri du soleil pour que la viande puisse refroidir.

Malgré les précautions, elle rapporte qu’un chasseur ne pourra pas profiter de sa prise.

C’est triste hier, on en a justement un chasseur qui avait tué samedi à l’ouverture. Ça lui a pris du temps, je pense à retrouver la bête et à pouvoir la mettre en quartier. Il nous l’a amené dimanche matin et déjà quand on l’a reçu, on savait qu’il y avait un problème. On va dire les choses, ça sent mauvais quand ça se gâte, dit-elle.