•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les Huskies, une pépinière pour le Rocket de Laval

Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du vendredi 30 juillet 2021

Les Huskies, une pépinière pour le Rocket de Laval

Les Huskies, une pépinière pour le Rocket de Laval

Un joueur de effectue un virage sur la glace.
Rafaël Harvey-PinardPHOTO : La Presse canadienne / Graham Hughes
Des matins en or ICI Première.
Des matins en orPublié le 30 juillet 2021

Le Canadien de Montréal continue de faire confiance à d'anciens joueurs des Huskies de Rouyn-Noranda pour développer son organisation. Un cinquième ancien joueur des Huskies a signé une entente avec l'organisation du tricolore.

Après Peter Abbandonato et Jean-Sébastien Dea, cette fois, c’est Jean-Christophe Beaudin, qui se joint au Rocket de Laval, le club-école du Canadien dans la ligue américaine de hockey. Il rejoindra ainsi Rafaël Harvey-Pinard et Joël Teasdale, qui ont également évolué avec les Huskies.

Rafaël Harvey-Pinard rapporte qu’il s'est réjoui en apprenant la nouvelle.

J’avais une très belle chimie avec Peter et le fait de pouvoir jouer avec lui l’année prochaine, ça va être quelque chose de spécial, dit-il.

L’ancien capitaine des Huskies dit avoir hâte d’aller sur la glace avec ses anciens coéquipiers. Selon lui, ils s’intégreront plus facilement à la formation puisqu’ils connaissent déjà certains joueurs.

La chimie de l’équipe, la chimie dans la chambre, la chimie sur la patinoire, c’est quelque chose qui vient après un certain bout de temps, mais le fait qu’on ait tous joué ensemble avec les Huskies et qu’on se connaisse déjà, c’est sûr que ça va faciliter l’adaptation de ces joueurs-là dans l’organisation, souligne-t-il.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

Rafaël Harvey-Pinard estime que la sélection de plusieurs joueurs qui ont évolué au sein des Huskies démontre la forte culture de travail de l’équipe.

Je pense que ça nous montre la belle culture que les Huskies ont intégrée au fil des années. Ça prouve qu’ils sont capables de bien développer leurs joueurs, qu’ils sont capables de les améliorer au point où ils peuvent atteindre un très bon niveau de jeu au niveau professionnel. Je pense que ce sont juste de bonnes nouvelles pour les Huskies et pour le Rocket de Laval également, conclut-il.