•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Une Valdorienne paufine sa participation à l'expédition de la rivière Yukon

Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du mardi 29 juin 2021

Une Valdorienne paufine sa participation à l'expédition de la rivière Yukon

Deux femmes de l'Abitibi-Témiscamingue s'entraînent pour une course de kayak de 715 km

Égoportrait des deux amies sur le bord de l'eau.
Marie-Hélène Lance et Sylvie Harvey.PHOTO : Gracieuseté de Sylvie Harvey
Des matins en or ICI Première.
Des matins en orPublié le 29 juin 2021

Deux kayakistes de l'Abitibi-Témiscamingue souhaitent se lancer dans la Yukon River Quest en juin 2022. Il s'agit de l'une des plus longues courses de pagaie au monde.

Marie-Hélène Lance de Val-d’Or et Sylvie Harvey d’Amos, deux passionnées de kayak, désirent participer à cette compétition. Marie-Hélène Lance souligne l’ampleur du défi.

Le départ se fait à Whitehorse puis on doit parcourir 715 km sur le fleuve Yukon pour se rendre jusqu’à Dawson City. Ce qui fait que c’est particulier, c'est qu’on a seulement 81 heures pour faire ce trajet-là. Donc on doit travailler jour et nuit, presque sans pause, pour réussir à se rendre dans les temps, dit-elle.

Marie-Hélène et Sylvie assises dans un kayak sur un plan d'eau.

Marie-Hélène Lance de Val-d’Or et Sylvie Harvey d’Amos, deux passionnées de kayak.

Gracieuseté de Sylvie Harvey

Les deux amies pagaieront en tandem, mais il est possible de participer seul ou en canot. Certaines personnes le font même en planche à pagaie.

Les participants auront un rapide à descendre. Marie-Hélène Lance indique que la portion la plus difficile du parcours se trouve au lac Laberge. Un lac de 50 km de long, où il peut y avoir, en cas de vent, des vagues et tout ça, précise-t-elle.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

À un an du début de cette aventure au Yukon, les deux kayakistes de la région poursuivent leur entraînement.

On fait du kayak quatre à cinq fois par semaine, le matin avant de travailler, en finissant de travailler. Durant la fin de semaine, on essaie de faire de plus grandes distances. Justement, vendredi dernier, on est partie de Val-d’Or et on s’est rendues jusqu’à Amos, c’était 76 km. Ça nous a pris 11 heures et quart parce que sur la rivière Harricana, il n’y a pas un gros courant qui nous aide à aller plus vite. Cet été, on veut aussi faire Lac-Mourier-Amos, ce qui va représenter environ 100 km, mentionne Marie-Hélène Lance.

Un kayak sur l'eau avec une vue sur le ciel bleu.

La course est d'une distance de 715 kilomètresé

Yukon River Quest - Facebook

Les compétiteurs devront donc réduire leurs heures de sommeil. Ils doivent effectuer deux pauses obligatoires. Ils ont le droit de dormir, mais doivent s’assurer de ne pas dépasser la limite de temps.

Pour se pratiquer à ne pas dormir et pagayer beaucoup d’heures, on va faire un défi de 24 heures aussi, dans lequel on va essayer de parcourir le plus de kilomètres possible, rapporte Marie-Hélène Lance.

L’hiver, elles s’entraînent dans une salle d’entraînement. Dans le but de faire connaître leur projet, les deux aventurières organiseront une fin de semaine d’essais nautiques au lac Noranda à Rouyn-Noranda, les 3 et 4 juillet prochain.