•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des matins en or ICI Première.
Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du jeudi 24 juin 2021

Se relever d'un ACV à 35 ans

Se relever d'un AVC à 35 ans

Publié le 24 juin 2021
Égoportrait de Simon Landry dans une chambre d'hôpital.
Simon Landry s'est photographié pendant son séjour à l'hôpital.PHOTO : Gracieuseté de Simon Landry

Le 14 mai dernier, alors qu'il était dans son atelier, Simon Landry a vécu un AVC. Quelques semaines après, il tient à sensibiliser la population aux signes et symptômes à surveiller.

À 35 ans, on ne s’attend pas à faire un AVC, absolument pas, affirme-t-il.

Simon Landry raconte qu’un vendredi soir, il se trouvait dans son atelier. Il planifiait profiter de sa soirée pour se détendre, faire des travaux de menuiserie en buvant une bière. Soudainement, il commence à ressentir des picotements dans son oeil droit.

Se disant qu’il s’agit probablement d’une poussière dans l’oeil, il continue de travailler. Cependant, des picotements à la bouche commencent à se manifester, et il se sent étourdi.

C’est très sournois un AVC. On a l’impression d’être un peu en état d'ébriété. Les étourdissements, les troubles de la parole, on déparle, on a de la difficulté à prononcer, rapporte Simon Landry, ajoutant que le tout se déroule très rapidement.

On ne parle pas de minutes, on parle de secondes, souligne-t-il.

Les signes d'un AVC, VITE :

  • V : visage. Est-il affaissé?
  • I : Incapacité. Pouvez-vous lever les deux bras normalement?
  • T : Trouble de la parole. Troubles de prononciation?
  • E : Extrême urgence. Composez le 9-1-1

Simon Landry se dépêche de rentrer dans sa maison pour entrer en contact avec quelqu’un. Malgré les étourdissements, il réussit à appeler sa conjointe et lui demande de venir l’aider. Elle appelle l’ambulance, et les paramédicaux arrivent chez Simon Landry en l’espace de quelques minutes.

J’ai été pris en charge très rapidement et c’est grâce à ça que les séquelles ont été limitées, rapporte-t-il.

Aujourd’hui, Simon Landry se sent bien, mais il insiste sur le fait que l’on devrait tous demeurer vigilants afin de reconnaître les symptômes d’un AVC.

On se dit toujours que ça arrive aux autres, mais finalement, après avoir vécu cet événement-là, il y a beaucoup de gens qui se sont confiés. On se rend compte que ça touche beaucoup plus de gens que ce que l’on pense, conclut-il.