•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le point sur la campagne de vaccination en Abitibi-Témiscamingue

Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du jeudi 17 juin 2021

Le point sur la campagne de vaccination en Abitibi-Témiscamingue

Le point sur la campagne de vaccination en Abitibi-Témiscamingue

Une dizaine de personnes attendent à l'entrée de la clinique de vaccination contre la COVID-19 à Rouyn-Noranda.
Selon les horaires, il est possible de se déplacer dans les cliniques de vaccination pour recevoir un vaccin contre la COVID-19 avec ou sans rendez-vous.PHOTO : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau
Des matins en or ICI Première.
Des matins en orPublié le 17 juin 2021

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) a annoncé sur sa page Facebook mercredi en fin de journée qu'en raison d'une baisse des livraisons des doses de vaccin Pfizer, les rendez-vous pour devancer la deuxième dose au cours des prochains jours sont temporairement suspendus.

Les plages horaires du 23 juin au 20 juillet pour recevoir ce vaccin contre la COVID-19 plus tôt sont bloquées.

Dès que l’information sera différente, nous allons partager cette information pour que la population puisse recommencer. On invite les gens à ne pas se présenter dans les sites de vaccination pour devancer la deuxième dose, car ce ne sera pas possible et de ne pas appeler non plus à la centrale téléphonique pour le moment, indique la responsable de la campagne de vaccination au CISSS-AT, Katia Châteauvert.

Cliquez sur l'audiofil pour écouter l'entrevue.

Elle assure que les rendez-vous déjà confirmés seront honorés.

Malgré le [vaccin] Pfizer qui est ralenti, il y a encore plusieurs plages de premières doses. J’invite la population qui n’est pas encore vaccinée à faire son geste d’aller recevoir son vaccin première dose pour contribuer à améliorer notre situation épidémiologique en Abitibi-Témiscamingue, conclut-elle.