•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des matins en or ICI Première.
Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du lundi 14 juin 2021

Pensionnats :  les familles seront accompagnées pour retrouver les disparus

Pensionnats : les familles seront accompagnées pour retrouver les disparus

Publié le 14 juin 2021
Ian Lafrenière en conférence de presse.
Ian Lafrenière, ministre responsable des Affaires autochtones.PHOTO : La Presse canadienne / Graham Hughes

Le ministre québécois responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, réitère son intention de soutenir les familles dans les recherches de personnes disparues dans les pensionnats autochtones.

En conférence de presse samedi, il a annoncé la création d’un guichet unique où un facilitateur s’occupera dès aujourd’hui d’orienter les démarches avec les gouvernements du Québec et du Canada.

Exemple, dans votre région près d’Amos, clairement il y a des Anichinabés qui m’ont dit qu’ils voulaient vérifier, qu’on fasse des vérifications avec eux s’il y a des corps qui étaient sur place. Ce sera de faire le lien. Que ce soit avec le Bureau du coroner, le ministère de la Sécurité publique, les Forces armées canadiennes aussi parce qu’ils ont la technologie pour aller faire des vérifications. Toutes cette mise en branle-là, de sécuriser les lieux et tout, au lieu de se demander : “est-ce que j’appelle le fédéral, est-ce que j’appelle le provincial”, décrit Ian Lafrenière.

Il concède que les étapes pourraient prendre du temps. Ce sera fastidieux, il va y avoir beaucoup d’émotions, dit-il.

Des soins de santé seront aussi offerts aux communautés ébranlées par la situation.

Certaines communautés vont commencer par des fouilles, d’après moi plus tôt que tard, et dans d’autres cas il y en a qui m’ont dit que pour l’instant, une commémoration c’est ce qu’ils voulaient. Ils trouvaient ça trop lourd. Trop lourd émotivement pour aller faire quelques recherches que ce soit. Ils ne sont pas prêts et ça, il faut le respecter, assure le ministre responsable des Affaires autochtones.

Pour écouter l’entrevue, cliquez sur l’audiofil.