•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des matins en or ICI Première.
Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du mardi 25 mai 2021

Après 42 ans à imprimer des souvenirs Photo Michel Fortin ferme définitivement

Après 42 ans à imprimer des souvenirs Photo Michel Fortin ferme définitivement

Publié le 25 mai 2021
Michel Fortin pose devant son commerce à Rouyn-Noranda.
Michel Fortin fermera définitivement les portes de Zone Image après 42 ans d'affaires.PHOTO : Radio-Canada / Emily Blais

Le commerce Zone Image Photo Michel Fortin à Rouyn-Noranda fermera de façon définitive à Rouyn-Noranda le 30 juin. Le propriétaire a tenté de vendre son entreprise à la fin de l'année 2020, mais n'a pu trouver de relève.

De l’utilisation d’un appareil au développement d’une photo, les conseils de Michel Fortin ont été appréciés de plusieurs.

Je trouve ça triste parce qu’il m’aidait beaucoup quand j’étais étudiant au Cégep à Rouyn-Noranda à prendre des photos d’éclipses justement alors je le remercie, a indiqué Sébastien Gauthier, astronome, vulgarisateur scientifique et cinéaste sur nos ondes.

Les possibilités de développer et d’imprimer des photos sont réduites en Abitibi-Témiscamingue.

Il y a un très gros bouleversement comme on dit. La clientèle, on disait dans le temps qu’elle était locale, maintenant elle est internationale dans tous les sens du terme. Ça fait 42 ans que je suis au centre-ville, mais ça fait 45 ans que j’en fais. C’est que ça prend un propriétaire occupant pour les cas particuliers, il faut être présent, affirme Michel Fortin qui procède actuellement à la liquidation des produits en magasin.

La phrase « vente de fermeture » est collée sur les fenêtres du commerce.

Michel Fortin espère revoir ses clients le 30 juin lorsqu’il fermera la porte du commerce pour une dernière fois.

Radio-Canada / Emily Blais

La santé, les achats en ligne et la pandémie de COVID-19 ont motivé sa décision. Pour écouter l’entrevue, cliquez sur l’audiofil.