•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des matins en or ICI Première.
Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du lundi 26 avril 2021

L'Indice du bonheur décortiqué

L'Indice de bonheur Léger : l'Abitibi-Témiscamingue en troisième position

Publié le 26 avril 2021
Des enfants grimpent dans un filet.
Différents obstacles comme des passerelles, des filets et une tyrolienne offrent différents défis physiques à la Forêt récréative de Val-d'Or.PHOTO : Radio-Canada / Marc-André Landry

L'Abitibi-Témiscamingue arrive en troisième place après la Côte-Nord et la Gaspésie-Île-de-la-Madeleine dans les régions du Québec où les gens sont les plus heureux. Le président et fondateur de l'Indice relatif de bonheur, maintenant l'Indice de bonheur Léger, Pierre Côté, explique que chaque répondant évalue son propre niveau de bonheur.

La pandémie de coronavirus qui a eu un grand impact sur les relations amoureuses et familiales a bousculé les données.

Globalement, on est capable de déterminer pourquoi les gens s’évaluent plus heureux à un endroit qu’à un autre. On sait que pendant la pandémie, il y a des facteurs qui ont été durement touchés. Ce qu’il faut regarder c’est qu’il y a une baisse majeure, majeure, répète-t-il, et historique de l’Indice de bonheur au Québec.

Le baromètre du bonheur est présenté dans le Journal de Montréal.

Dans les petites collectivités, il y a une meilleure communication, une meilleure entraide et un meilleur sens du collectif que j’appellerais et ça c’est vraiment important. Peut-être plus important que la multitude de lacs qu’il y a en Abitibi-Témiscamingue, décrit Pierre Côté.

Un lac entouré de conifères.

Une vue sur le lac Joannès, près de Rouyn-Noranda

Radio-Canada / Emily Blais

Val-d’Or est 13e dans le palmarès des villes où les citoyens se disent le plus heureux et Rouyn-Noranda au 50e rang. Les municipalités qui n’ont pas eu suffisamment de répondants ne figurent pas au classement.

Il y a des fois des différences de deux ou trois points de l’Indice de bonheur qui va faire en sorte que tu vas passer de la 13e place à la 50e. Il faut faire attention. Ça ne veut pas dire qu’à Val-d’Or tout le monde est heureux et qu’à Rouyn-Noranda tout le monde est malheureux, explique-t-il.

Selon son analyse, les grands espaces, les pistes cyclables et les parcs font notamment en sorte que les gens sont bien dans une ville. [...] Si une ville n'a pas ces infrastructures-là ou du moins ne met pas ça de l'avant, elle part déjà avec un petit pas de recul..